Le boreout ou quand l’employé rompt le silence et s’effondre

Dans une situation normale, le travail nous prend l’un tiers de notre journée. Huit heures que nous passons souvent derrière un bureau ou dans un magasin, à réaliser et répéter des taches afin de percevoir un salaire, une dividende ou quelconque autre rémunération. Et si la majorité des travailleurs s’en sortent bien, d’autres succombent à la routine ou à la pression et risque certaines pathologies mentales. Parmi ces troubles existe le fameux syndrome du boreout qui met en cause l’épuisement professionnel par ennui. Cette situation ne vient pas souvent de la routine ou le stress, mais d’une sensation d’inactivité et d’isolement pendant les horaires du travail.

Le recrutement est là, mais pas le travail ! 

Qui sont ces travailleurs qui vivent le boreout ? Pourquoi ils arrivent à s’ennuyer dans leur travail ? Sont-ils dans une situation critique ? Toutes ses questions reviennent souvent en avant quand on parle des cas de l’épuisement professionnel. Une personne quelconque peut subir cette pathologie causée essentiellement du fait que la personne en question est obligée à perdre son temps dans le travail, alors qu’elle n’a pas assez de travail à faire.

C’est le cas de plusieurs entreprises et administrations publiques où on recrute souvent en masse sans avoir le volume de travail adéquat au nombre des salariés. Dans d’autres cas, les entreprises choisissent de sanctionner leurs employés en leur mettant au « placard » suite à une faute professionnelle ou à une erreur d’ordre hiérarchique. Les travailleurs sont alors assis dans leur poste à travailleur toute la journée, alors que l’ensemble de missions à leur charge ne demande pas deux heures.

Alors qu’elle « confortable » pour les plus paresseux, cette situation crée un sentiment d’ennui chez l’employé. Il se sent ainsi rejeté, isolé et inutile pour l’entreprise ce qui lui crée de la fatigue psychologique, des doutes, un manque de confiance en soi et des troubles jusqu’à ce qu’il rompe son silence et s’effondre pour tomber dans une situation de boreout.

Les conséquences du boreout 

Une pathologie mentale n’est jamais ce que l’on souhaite à voir lorsqu’on travaille. En effet, de nombreux chercheurs ont travaillé sur les symptômes du boreout pour limiter ses dangers. Le groupe Lundbeck,  produisait des antidépresseurs pour prévenir contre cette maladie. Avec ses pharmaciens, le PDG travaillait sur des procédés plus avancés pour améliorer la qualité de l’offre du groupe.

Une fois que le travailleur est en situation de boreout, un accompagnement médical et psychologique devient essentiel afin d’éviter les conséquences de cette pathologie comme l’anxiété, l’isolement et la dépression.