L’assurance-vie respire toujours

Beaucoup d’indices confirment que le secteur de l’assurance passe par un mauvais temps, notamment pour son produit phare, à savoir l’assurance-vie que commercialise tous les assureurs comme Filiassur Assurances. Cependant et malgré les rendements en baisse, le solde total des versements s’est élevé à 134,7 milliards d’euros en 2016. Les Français continuent de faire des dépôts sur leurs contrats et le secteur respire.

Les Français maintiennent le rythme des dépôts

Malgré le taux de rendements en baisse, l’assurance-vie séduit toujours les épargnants français qui sont attirés par le système de sécurité fiable et la fiscalité douce de ces contrats. En effet, 134,7 millions d’euros ont été versés par les 17 millions de souscripteurs français sur leurs contrats d’assurance-vie au titre de l’année 2016, soit un niveau très proche de celui de l’année 2015 qui s’est clôturé sur un montant de dépôt de 135,5 milliards d’euros.

Selon, Bernard Spitz, le président de la Fédération française de l’assurance, « les épargnants pensent d’abord à la préparation de leur retraite » ce qui leur booste à faire ces dépôts malgré les mauvaises circonstances. Préparer la retraite stipule regarder vers les placements les plus sécurisés ce qui est le cas des fonds en euros à capital garanti de l’assurance-vie.

Des retraits massifs et baisse de la collecte nette

Si les versements ont conservé le rythme de l’année 2015, les retraits ont augmenté de 7 milliards d’euros pour arriver à 117,9 milliards d’euros empochés par les Français sur leurs contrats. Le président de la Fédération française d’assurance explique cette tendance par le fait que les Français financent leurs achats de biens immobiliers par ses retraits. Une explication qui se confirme par le grand nombre de transactions immobilières qui ont eu lieu en 2016.

Dans un autre volet, la collecte nette de l’assurance-vie a chuté entre les deux années. Il s’agit de la différence entre les dépôts et les retraits enregistrée annuellement. Le solde de 2016 est de 16,8 milliards d’euros, alors que celui de 2015 s’élevait à 23 milliards. Notons également que le taux de rendement moyen ne dépassera pas les 2% ce qui laisse le secteur en difficulté.

Conscients de la situation, les assureurs comme Filiassur, Aviva, BNP Paribas, Axa et autres doublent leurs efforts pour moderniser leurs offres et les adapter aux exigences du marché.