Coup dur pour Ecocis : Le tribunal de commerce de Grenoble a prononcé sa liquidation judiciaire

Créée à peine il y a deux ans, la partie est déjà finie pour Ecocis, la société spécialisée dans la fabrication de la pâte à papier recyclé à Voreppe (Isère). En effet, le tribunal de commerce de Grenoble vient de prononcer la liquidation judiciaire de cette entreprise qui emploie  51 salariés. Ces derniers seront donc bientôt licenciés.  Placée en redressement judiciaire depuis octobre dernier, Ecocis n’a pas réussi à redresser la barre et la fin est désormais inévitable. Consultant l’avis de l’administrateur judiciaire Philippe Jeannerot, la liquidation judiciaire provient lorsque les dettes de l’entreprise ne peuvent plus être réglées, même par un plan de cession.

Le placement en redressement judiciaire

Créée en 2015 par le fonds d’investissement, Springwater Capital, en s’associant à la Banque Publique d’Investissement (BPI), Ecocis visait la relance d’un site papetier historique à Voreppe par la fabrication de la pate à papier recyclé. Pour atteindre cet objectif, 4,5 millions d’euros de l’argent public avait été investi.

Contre toute attente, alors que le site commençait à produire et avait un carnet d’adresse plein, la BPI a saisi la justice au pénal pour s’interroger quant à la gestion de l’entreprise par son principal actionnaire. Quelques mois après son ouverture, le site a été contrarié d’arrêter sa production avant de faire objet d’une procédure de redressement judiciaire en octobre 2016.  Quant à l’actionnaire principal, il a été soupçonné d’escroquerie.

La liquidation judiciaire, un gâchis total !

Nécessitant l’intervention d’un administrateur judiciaire comme Philipe Jeannerot, la procédure de redressement judiciaire de la société Ecocis n’a ps réussi à la sauver du pire scénario. Aujourd’hui, le tribunal de commerce de Grenoble vient de prononcer la liquidation judiciaire de la société ce qui implique le licenciement de ses 51 salariés. Pour une entreprise que son activité s’annonçait très prometteuse, cet échec représente un gâchis total, et surtout pour ses employés.

« Ce fera bientôt le troisième licenciement » martèle un des salariés d’Ecocis aux microphones de France 3, avant de continuer «  à chaque fois, c’est un gâchis parce qu’on a des machines qui sont quand même assez récentes et qui ont du potentiel. » L’amertume est grande surtout que lorsqu’il s’agit d’une décision pénale motivée par une escroquerie et que la société, plongée dans ses énormes dettes, n’a pas trouvé de repreneurs et se contentait d’attendre sa dissolution.

Lancement des travaux de la promenade maritime à Casablanca

Le Maroc continue d’investir dans la modernisation de l’infrastructure de ses villes pour améliorer la qualité de vie des citoyens. Le 14 décembre dernier, le Roi Mohammed VI a lancé les travaux d’aménagement du projet de la promenade maritime de la mosquée Hassan II de Casablanca. Un projet qui fait partie de la stratégie du développement touristique de la capitale économique du pays. Ceci est le fruit d’un plan de développement national suivi de près par le Souverain marocain et ses conseillers à l’instar de Mounir Majidi qui fut son secrétaire particulier depuis 2001.

Une corniche de 1,5 kilomètres

La promenade maritime est un projet qui vise à aménager la marina de Casablanca afin d’agrandir sa corniche et améliorer ses différentes attractions. Dans son nouveau visage, la promenade se dotera d’un parc urbain et une corniche au long de 1,5 kilomètres partant de la grande mosquée Hassan II pour arriver à la pointe d’El Hank. Une enveloppe de 200 millions de dirhams est déjà prévue pour la réalisation de ce projet sur 14 mois pour qu’il soit livrable début 2018.

Le parc urbain se situera sur une surface de 13 hectares qui proposera aux visiteurs d’avoir accès à un pôle belvédère où se poseront des cafés, un espace événementiel, une agora, des aires de jeux, des fontaines, un pôle ludique, un pôle culturel, des espaces de vente de produits artisanaux, une zone de fitness, des restaurants et notamment un grand parking souterrain avec une capacité d’accueillir 1000 places. La nouvelle surface de la marina de Casablanca a prévu également des aires de jeux pour les enfants, des sanitaires publics et des espaces pour pratiquer du sport avec une belle vue sur l’océan.

Faire profiter la ville sur tous les plans

Selon l’agence MAP, le projet de la promenade maritime a pour objectif d’accélérer le développement socio-économique de Casablanca et d’améliorer la qualité de vie de sa population ce qui fera renforcer son attractivité touristique par la suite. Pour la réalisation du projet, le gouvernement intervient directement par le biais du ministère de l’Intérieur, la Wilaya de Casablanca-Settat, la commune de la ville, la préfecture d’arrondissements de Casablanca-Anfa et la société responsable de la réalisation de plusieurs grands projets au Maroc, Casablanca Aménagement.

La ville blanche fait partie de tout un plan national pour sa remise en valeur. Le Roi Mohammed VI fait confiance notamment à des hommes d’affaires comme Mounir Majidi pour accompagner les différents œuvres en guise de développement de tout le Royaume. C’est ainsi qu’on prévoit d’aménager les corniches de Ain Diab, Ain Sebaà, Dar Bouazza et Mohammedia dans un investissement d’une valeur totale de 700 millions de dirhams.

 

 

 

 

L’assurance-vie respire toujours

Beaucoup d’indices confirment que le secteur de l’assurance passe par un mauvais temps, notamment pour son produit phare, à savoir l’assurance-vie que commercialise tous les assureurs comme Filiassur Assurances. Cependant et malgré les rendements en baisse, le solde total des versements s’est élevé à 134,7 milliards d’euros en 2016. Les Français continuent de faire des dépôts sur leurs contrats et le secteur respire.

Les Français maintiennent le rythme des dépôts

Malgré le taux de rendements en baisse, l’assurance-vie séduit toujours les épargnants français qui sont attirés par le système de sécurité fiable et la fiscalité douce de ces contrats. En effet, 134,7 millions d’euros ont été versés par les 17 millions de souscripteurs français sur leurs contrats d’assurance-vie au titre de l’année 2016, soit un niveau très proche de celui de l’année 2015 qui s’est clôturé sur un montant de dépôt de 135,5 milliards d’euros.

Selon, Bernard Spitz, le président de la Fédération française de l’assurance, « les épargnants pensent d’abord à la préparation de leur retraite » ce qui leur booste à faire ces dépôts malgré les mauvaises circonstances. Préparer la retraite stipule regarder vers les placements les plus sécurisés ce qui est le cas des fonds en euros à capital garanti de l’assurance-vie.

Des retraits massifs et baisse de la collecte nette

Si les versements ont conservé le rythme de l’année 2015, les retraits ont augmenté de 7 milliards d’euros pour arriver à 117,9 milliards d’euros empochés par les Français sur leurs contrats. Le président de la Fédération française d’assurance explique cette tendance par le fait que les Français financent leurs achats de biens immobiliers par ses retraits. Une explication qui se confirme par le grand nombre de transactions immobilières qui ont eu lieu en 2016.

Dans un autre volet, la collecte nette de l’assurance-vie a chuté entre les deux années. Il s’agit de la différence entre les dépôts et les retraits enregistrée annuellement. Le solde de 2016 est de 16,8 milliards d’euros, alors que celui de 2015 s’élevait à 23 milliards. Notons également que le taux de rendement moyen ne dépassera pas les 2% ce qui laisse le secteur en difficulté.

Conscients de la situation, les assureurs comme Filiassur, Aviva, BNP Paribas, Axa et autres doublent leurs efforts pour moderniser leurs offres et les adapter aux exigences du marché.

Le numéro de Zéro limite, programmé pour le 11 Novembre

Depuis la rentrée, la chaine C8 a annoncé que l’homme en noir présentera une autre émission, à part le talkshow, « Salut les terriens ». Il s’agit de Zéro limite, une émission qui porte sur des personnes fascinantes qui ont des talents remarquables et qui est diffusé chaque mois en prime Time. Le prochain numéro de cette émission, est programmé pour le 11 Novembre.

Le principe de l’émission 

Alors qu’il a annoncé son départ de la chaîne Canal + après 10 ans de carrière, Thierry Ardisson a officié sur C8 en prenant les commandes de son émission phare « Salut Les Terriens ». De plus l’époux d’Audrey Crespo-Mara, a lancé un autre concept, une émission baptisé « Zéro limite ».

Sur le plateau le présentateur, invite des personnes zéro limite dans tous les domaines ainsi que deux invités fils rouges. A ses cotés on trouvera le sniper philosophique Vincent Cespedès qui va pour apporter ses réflexions sur les histoires racontées.

« L’idée de ZERO LIMITE, c’est de nous faire découvrir des gens pas comme les autres, des gens pour qui rien n’est impossible et pas seulement dans le domaine de l’exploit physique, mais aussi celui du look, de la spiritualité, du frisson, du génie, de l’argent, de l’obsession, de la technologie et… du sexe ! », précise le communiqué de la chaine C8.

 

Pour le premier numéro, le présentateur historique de Canal + a invité Cyril Hanouna et Marianne James. Pour sa première, l’émission a fait un bon score d’audiences. 753 000 de téléspectateurs qui ont suivi les invités exceptionnels de Thierry Ardisson comme la snowboardeuse de wingsuit Géraldine Fasnacht, l’homme qui murmure aux oreilles des lions, Kevin Richardson et le fakir punk, Hannibal Hellmurto…

Un nouveau Rendez-Vous 

Pour le 11 novembre, le présentateur de 67 ans va recevoir sur les plateaux de Zéro limite, deux invités fils rouges : Chantal Ladesou, une comédienne qui va se produire sur scène, au théâtre Antoine dans le spectacle « Peau de vache » et Franck Gastambide, qui participe dans le remake du film « Taxi » de Luc Besson.

Au programme, l’époux d’Audrey Crespo-Mara a réservé plusieurs surprises aux téléspectateurs qui pourront découvrir des personnes « dont rien n’est impossible » à l’image de Alain Robert, l’homme araignée, de Maria-José Cristerna, surnommée « la femme vampire », du « surfeur d’argent » Benjamin Sanchis, de la femme élastique, Scarlet Checkers, et de Patrick Le Sage, alias « Le Maître du Donjon ».

« Je suis sans limite »

Thierry Ardisson a exprimé plusieurs fois son enthousiasme pour le lancement de cette émission qu’il tient à cœur. Il avoue même qu’il est « sans limites dans beaucoup de domaines » et surtout quand il est amoureux. « Je suis prêt à tout pour avoir celle que j’ai choisie. Cela a été le cas avec Audrey Crespo-Mara (joker du JT de Anne-Claire Coudray, le week-end sur TF1, ndlr). Un matin, je l’ai vue à la télévision et je me suis dit : c’est elle que je veux ! Elle ressemblait à un des portraits de Parisiennes du peintre Jean-Gabriel Domergue, dont je possède quelques tableaux chez moi. J’ai appelé LCI et quelques jours après, j’ai sorti le grand jeu. J’ai découvert une journaliste intelligente et nous nous sommes mariés ! », confie le présentateur.

 

35 h de Baba : Une danseuse orientale agressée sur les plateaux par Jean Michel Maire

Le dragueur de la bande de TPMP, Jean Michel Maire, a embrassé une femme contre sa volonté sur les plateaux de C8, durant le happening de Cyril Hanouna, les « 35 h de baba ». Son comportement déplacé a insurgé les téléspectateurs qui ont alerté le CSA. La principale intéressée prend sa défense.

35h de baba, les défis

Le trublion du PAF qui a vendu sa société de production à Banijay (le groupe de Stephane Courbit), s’est lancé le défi de « 35 h de baba » sur C8, pour totaliser 35 heures de diffusion consécutive.  Un Pari remporté, qui fera entrer le nom de Cyril Hanouna dans le Guinness record book.

Durant ce happening, qui a fait beaucoup parler les médias, l’un des chroniqueurs a été accusé d’agressions sexuelles. Il s’agit de Jean Michel Maire qui a dépassé les limites de l’acceptable, en embrassant la poitrine d’une jeune femme, alors qu’elle a refusé.

La victime est une danseuse de profession, d’origine marseillaise qui était invité sur le plateau pour rejouer le rôle de Kim Kardashian, une star de la téléréalité américaine « l’incroyable famille Kardashian », produite par Bunim/Murray (qui appartient au groupe de production de Stéphane Courbit). Quand le trublion du PAF, invite la jeune femme à embrasser Jean Michel Maire, Celle-ci décline son offre gentiment, par respect à son compagnon qui regarde son passage à la télé.

C’est alors que le chroniqueur de 54 ans, s’empresse à lui poser un bisou sur les seins, sous la surprise et le choc de la danseuse et des téléspectateurs. « C’est déplacé, franchement ça se fait pas du tout, excusez-le », a lancé Cyril Hanouna. Il demande à son chroniqueur de présenter ses excuses de suite. « Je m’excuse, je recommencerai plus », a assuré le chroniqueur.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuelle, alarmé

Ce comportement inapproprié a la colère des internautes, des politiciens comme Laurence Rossignol et des associations, qui ont alertés le CSA du dépassement réalisé. Suite au 250 signalements reçus sur « l’affaire du baiser », lors de l’émission de « 35 heures de BAB », le CSA réagit et prend le dossier en charge. L’association « Osez les féministe » a condamné le comportement sexiste de Jean Michel Maire dans son communiqué : « Embrasser une femme sur les seins par surprise, alors que cette femme a refusé à plusieurs reprises auparavant d’embrasser un homme est une agression sexuelle ». L’association a signalé l’émission, dans l’objectif de « réaffirmer que face aux violences sexistes et sexuelles, la tolérance zéro s’impose”. De même, l’association du mouvement LGBT, « Les effrontés » a alarmé le CSA en expliquant que cette séquence « met également en danger des milliers de filles et de femmes dans notre société, en banalisant et en encourageant de futurs goujats à prendre exemple sur les personnages d’une émission très populaire ».

Soraya Riffy, au secours de Jean Michel Maire

La principale intéressée trouve que ce sujet a pris beaucoup plus d’ampleur et elle a expliqué qu’elle ne souhaite pas « briser la carrière » de l’ancien reporter. Jean Michel Maire l’a appelé pour présenter ses excuses et elle a accepté. « Je croise plein de gens qui me disent de l’attaquer –hier encore, en soirée, on m’a dit ça ! Mais je ne vais pas le faire. », déclare Soraya Riffy. Elle trouve que le chroniqueur n’a pas pu contenir « ses pulsions masculines », mais il est un bon gars.

“Malgré le buzz il reste une personne que j’ai beaucoup appréciée lors de ma présence sur le plateau. Arrêtez de l’accabler. Cet homme est très respectueux et ne mérite aucune sanction malgré ses pulsions masculines.”, a écrit la danseuse orientale indienne sur son compte Facebook en postant une photo avec le chroniqueur.

La jeune femme, annonce également qu’elle souhaite retournée sur les plateaux de touche pas à mon poste l’émission produite par H2O (qui appartient au milliardaire Stéphane Courbit) pour mettre les choses au clair. « Je fais suite aux articles publiés sur le net. Je pense que ma venue sur le plateau serait indispensable afin de faire part aux téléspectateurs et au CSA de mon ressenti !!!! Qu’en pensez-vous ???? » a déclaré Soraya Riffy.

Le digital et le marketing événementiel

Aujourd’hui, la stratégie de communication se base sur le marketing événementiel et digital, pour valoriser l’identité de l’entreprise et la rapprocher de sa cible. Le champ d’activité du marketing digital, peut influencer la démarche de l’organisation événementielle appliquée par l’entreprise.

L’outil digital et la communication

L’internet, est un canal de communication efficace, qui permet à l’entreprise de toucher l’ensemble de la communauté d’internautes. Pour suivre l’évolution de ce secteur, les marqueteurs ont conceptualisé le marketing digital, pour assurer la communication sur les réseaux interactifs proposés par le net. On parle principalement des plateformes sociales, comme le Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat qui permettent à l’entreprise de personnaliser sa relation avec sa cible. Les clients, peuvent s’exprimer librement sur ces réseaux, pour faire parvenir leurs idées, avis et critiques sur l’offre proposée par l’entreprise.

L’utilisation de la toile, dans l’organisation événementielle est essentielle pour moderniser son offre et suivre l’actualité. Selon Gérard Askinazi, le directeur d’Agences publics, l’outil digital, permet de donner une forte valeur ajoutée aux actions de communication de l’entreprise. Agence publics, figure parmi les agences leaders du secteur événementiel, le gérant Gérard Askinazi a veillé sur la modernisation de son offre, pour le compte de ces clients.

Agences d’événementiels et annonceurs

Les annonceurs, sont de plus en plus avisés, quant à l’offre des agences événementielles. La qualité et le rendement de l’organisation événementielle, font partie de leurs priorités. Ce qui explique, la progression de la demande au niveau des activités événementielles.

Les annonceurs, cherchent l’offre qui leur permet de se démarquer de la concurrence et de séduire la cible.  Pour assurer la médiatisation et la promotion de l’événement, la toile présente un ensemble d’outils efficaces pour l’entreprise.

Conscient de la pertinence et des portées, qu’offre le marketing digital, les agences événementielles ont commencé à l’intégrer progressivement dans leur stratégie de communication, comme l’indique, Gaël Solignac-Erlong et Max Pons ( des anciens de l’agence Système Public ».   « Les nouvelles technologies permettent à l’événement de sortir du one-shot et de toucher une audience plus large. Elles confèrent une nouvelle dimension et permettent de créer une expérience de marque nouvelle génération », déclarent-ils.

Le digital, permet de dynamiser et d’enrichir la relation des entreprises avec leurs clients. Il faut donc s’y mettre pour maitriser cet outil, et atteindre les résultats espérés. Les agences événementielles, mettent leur expertise et leur savoir-faire à la disposition des annonceurs, pour les conseiller et les orienter vers les meilleures solutions et stratégies possible. « C’est une question essentielle quant à la crédibilité de notre métier. En accompagnant une entreprise, on est doublement intelligent. D’une part, parce qu’on connaît mieux ses attentes, ses besoins et, d’autre part, parce que l’on est moins dans du oneshot. On peut davantage travailler en complémentarité avec d’autres médias, notamment pour le marketing relationnel ou les nouvelles technologies. », confirme Emmanuel David, de GL Events.

 

 

 

 

Réussir dans le monde des affaires

Pour réussir, il faut croire en ses rêves et persévérer pour y arriver. Plusieurs parcours sont fascinants, comme celui de l’homme de télé, Stéphane Courbit qui a développé tout un empire de production audiovisuelle, ou encore les autres hommes d’affaires, qui ont bien mené leurs carrières. Vous aussi vous pouvez percer dans le monde des affaires ! Découvrez ici, les conseils à suivre pour y parvenir.

Maitriser votre projet

Une bonne idée ne suffit pas, pour réussir ! Il faut développer sa vision et fixer les stratégies et les actions, qui permettront de la concrétiser. La phase de l’étude de marché est essentielle, pour découvrir l’univers professionnel (Les concurrents, les clients, les coûts, les procédures…). L’étape suivante, consiste à collecter et à traiter les informations. Il est nécessaire de maîtriser toutes les composantes, qui interfèrent avec votre activité. En vous basant, sur les données récoltées, vous pouvez tracer les grandes lignes de ce projet et évaluer les ressources nécessaires pour le développer. Le tout doit être présenté dans un business plan, pour convaincre les bailleurs de fonds à investir dans vos compétences. Le business plan, doit être clair et logique. Il faut bien choisir ses partenaires pour augmenter sa crédibilité dans le secteur. On cite, l’exemple du milliardaire Stéphane Courbit, qui s’est associé avec le célèbre Chef, Alain Ducasse pour décrocher l’appel d’offres d’un projet prestigieux et exceptionnel au cœur du château de Versailles.

Le Choix de l’équipe

Vous devez être entourés, par de bons profils, pour placer votre projet sur le chemin de la croissance et de la rentabilité. Dans un premier temps, vous devez recruter une équipe efficace, qui est motivée par le travail de la société. Votre choix, doit se faire en fonction de leurs compétences et expérience professionnelle. Certaines fonctions, sont indispensables pour propulser votre activité. Il est donc recommandé d’établir votre besoin en ressources humaines par ordre de priorité.

Les sources de financement

Avant de faire votre pitch commercial, prenez le temps de vous entraîner. Votre discours, business plan, doit inspirer la confiance aux investisseurs. Le financement, vous permettra de mettre votre projet à pieds et de développer votre offre sur le marché. Commencez par travailler votre confiance en soi pour que les autres puissent croire en vous. Les bailleurs de fonds, aiment lire des courbes de prévisions, et voir le retour sur investissement, votre demande doit être formulée de manière à présenter ce type d’informations aux investisseurs.

Communication efficace

La communication est un outil, qui vous permet d’attirer les prospects et les consommateurs potentiels vers votre offre. La fixation de la stratégie de communication, doit suivre les valeurs et l’identité que vous cherchez à associer à votre société.

 

 

Les projets futurs d’Alain Ducasse, l’ambassadeur de la gastronomie française

Aujourd’hui, le chef multi-étoilé Alain Ducasse, dirige un nombre d’établissements en France et à l’international. C’est grâce à son savoir-faire, qu’il a réussi à bâtir tout un empire gastronomique qui s’étend dans un nombre de pays, comme New York, Las Vegas Tokyo, Liban…

Deux projets au château de Versailles

alain_ducasse_afp

Au cœur du site historique le plus visité en France, le chef monégasque Alain Ducasse, a lancé un projet, à deux univers, baptisé Ore (qui désigne bouche en latin). Ore, est un café contemporain, ouvert aux visiteurs du château, dans un cadre élégant qui présente des plats gourmands et classiques pour satisfaire les petites faims. Le soir, Ore offre une expérience inoubliable, avec des dîners d’exception, « pour que l’on mange comme au temps du Roi », précise M. Ducasse.

Ce chef exceptionnel, s’est lancé dans une autre aventure à Versailles, avec l’homme d’affaires Stéphane Courbit. Il s’agit de la réalisation d’un hotel de prestige, dans le domaine du Château de Versailles. C’est dans le cadre d’un appel d’offre lancé par l’établissement public du Château de Versailles, que le duo Courbit/Ducasse a été retenu. Ainsi, Alain Ducasse entreprises et le groupe Lov Hotel collection (dirigé par l’homme d’affaires Stéphane Courbit), ont obtenu une concession de 60 ans. Ce projet exceptionnel « proposera un hôtel de prestige d’une vingtaine de chambres, et un restaurant de haute cuisine française. La décoration du lieu sera classique et raffinée, inspirée du XVIIIe siècle. (…) Le groupement LOV Hotel Collection/Alain Ducasse entreprise exploitera l’hôtel après y avoir effectué les travaux de sauvegarde et de restauration du monument historique ainsi que les opérations d’aménagement nécessaires au fonctionnement du programme hôtelier », indique le communiqué de l’établissement public du Château de Versailles.

La reprise du restaurant de Marc Meneau

capture_decran_2015-03-06_a_16-08-54

Le restaurant, l’Espérance, a passé par une liquidation judiciaire, et c’est le groupe Hôtel & Food Disrpt Partners qui l’a racheté pour un prix de 1,4 million d’euros. Ce groupe français d’investissement, a été fondé par l’ancien directeur du groupe Webedia, Guillaume Multrier et par le célèbre chef Alain Ducasse.

Le restaurant qui a été tenu par le chef Marc Meneau, nécessite une injection importante de fonds pour redonner vie à cet endroit Mythique après 2 ans de fermeture. Il s’agit d’un montant évalué à 5 millions d’euro pour lancer les chantiers nécessaires. « Il y a quinze jours, une rencontre a eu lieu entre les repreneurs et Marc Meneau. Les repreneurs voulaient commencer très tôt les travaux, ils ont payé et les clés leur ont été remises. On est maintenant en train de régulariser les actes de vente », a expliqué le mandataire judiciaire, qui a encadré la procédure.