Arrêtons la diffusion des fausses nouvelles !

 

La défense du théologien suisse demande à la justice de rectifier de fausses informations

 

Emmanuel Marsigny qui a rejoint il y a une quinzaine de jours l’équipe d’avocats chargée de la défense du théologien musulman et suisse, Tariq Ramadan, s’est dit être très remonté et proteste vigoureusement contre le traitement judiciaire et médiatique de cette affaire.
Le jeudi dernier, l’avocat de l’islamologue, a demandé au procureur de la république de Paris de publier un communiqué dans le but de corriger de fausses données circulant sur son client.

Ce dernier est visé par des accusations mensongères et diffamatoires, et est actuellement placé en une unité surveillée à Paris de l’Hôpital de Pitié-Salpêtrière.
Maître Marsigny, s’est rendu il y a quelques jours au Parquet de Paris pour faire rectifier et stopper les informations inexactes diffusées sur son client notamment dans les médias.
Transféré il y a une semaine à la prison de Fleury-Mérogis en Essonne, le docteur en théologie est placé en détention provisoire à Paris au sein d’une unité surveillée de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière en raison de la dégradation de son état de santé.
L’avocat de Tariq Ramadan, a déclaré avoir demandé au procureur de la République de Paris, par l’intermédiaire d’une lettre de publier un communiqué pour ‘‘ Corriger des données inexactes et parcellaires relayées par la presse et autres canaux médiatiques ’’ concernant son client. Il espère ainsi, que le parquet fasse cesser une campagne de diffamations et de désinformation qui serait incompatible au nécessaire équilibre de droit des parties ainsi qu’à la règle de respect de la présomption d’innocence.

Une incompatibilité avec les résultats d’investigation

Maître Marsigny affirme aussi que les éléments fournis par la presse comme étant confirmé ou acquis, sont en réalité contredits et incompatibles avec les résultats des investigations et de plus sont démentis par des témoins cités par les accusatrices elles-mêmes. L’avocat de l’islamologue, accuse également ces dernières d’avoir menti au sujet de leur ancienne connaissance, elles ont affirmé qu’elles ne se connaissaient pas alors qu’il assure parfaitement la présence de contact entre elles depuis de longues dates.

Deux experts indépendants en charge de l’affaire du théologien suisse

Le Conseil d’État genevois, ouvre à la demande du Département de l’instruction publique, un dossier indépendant sur l’affaire de l’une des rares figures de l’islam européen Mr. Tariq Ramadan.
Cette analyse indépendante, posera la lumière sur ce qui se passe réellement autour de l’affaire du théologien suisse. Le président du gouvernement genevois, Mr François Longchamp, a indiqué mercredi qu’une équipe d’hommes de droit se mettrait au travail au cours de cette semaine. Il s’agit de l’ancienne juge du tribunal administratif de première instance et actuellement membre du Conseil supérieur de magistrature genevois, Mme Quynh Steiner Schmid, ainsi que de l’ex-président du tribunal fribourgeois des mineurs, Mr Michel Lachat.
Les deux experts auront libre accès à tous les documents en possession de l’État et devront analyser chaque détail de l’affaire, et même revenir sur le parcours des 20 dernières années d’enseignement du théologien. Ils lanceront également un nouvel appel à témoins, pouvant aider à éclaircir les éléments de ce dossier.